CDD


Post-doctorat en modélisation numérique du transport atmosphérique et qualité de l’air

Durée 18 mois
Laboratoire hôte LMD-IPSL
Grade/Niveau Post-doctorat
Début du contrat 01/11/2022
Rémunération non communiquée
Date limite candidature 15/10/2022

Contexte

Le travail s’inscrira dans le cadre du projet ESCAL’AIR (https://www.lmd.polytechnique.fr/intro/escalair.php) visant à étudier l’effet de différentes échelles spatiales (mondiale, continentale, nationale, locale) sur la qualité de l’air.

En ce sens une plateforme de modélisation combinant le cœur dynamique DYNAMICO (https://gitlab.in2p3.fr/ipsl/projets/dynamico/dynamico) et le modèle de chimie-transport CHIMERE (https://www.lmd.polytechnique.fr/chimere/) est développée et sera à finaliser par le candidat retenu afin de permettre des simulations à l’aide de maillages non-structurés à résolution variable. L’intérêt étant de pouvoir raffiner le maillage dans les zones critiques pour la qualité de l’air sans le dégrader par ailleurs.

Description

Des simulations numériques de la composition atmosphérique avec divers scenarii d’émissions anthropiques seront réalisées par le candidat retenu afin de caractériser les échelles spatiales prépondérantes pour la qualité de l’air et d’aborder les questions suivantes :

  • À quelle échelle est-il le plus pertinent d’agir pour obtenir des améliorations concrètes de la qualité de l’air ?
  • Une action nationale sans action européenne de même nature est-elle efficace ?
  • Une action européenne peut-elle fonctionner sans une politique volontariste au niveau international ?

La réponse à ces questions fera l’objet d’un rapport mis à disposition de l’ADEME en appui des politiques publiques et de publications scientifiques, qui en fonction des résultats obtenus pourront porter soit sur les questions ci-dessus, soit sur d’autres thématiques géophysiques abordées par le projet :

  • Quel est l’impact des émissions d’oxyde d’azote par les éclairs sur les concentrations d’ozone troposphérique (concentration de fonds et pics)
  • Quel impact des épisodes majeurs de feux de forêt et la chimie dans leurs panaches ont-ils sur la chimie ? Une grille à résolution variable permet-elle de mieux représenter cet impact ?

Contacts :

Romain Pennel,
Sylvain Mailler,
Laurent Menut,

English version.

Compétences requises

  • Doctorat en sciences de l’atmosphère ou mathématiques appliquées
  • Modélisation numérique :
    – expérience en programmation (Fortran90, MPI, shell, git)
    – expérience en réalisation de simulations numériques réalistes sur des cluster de calcul
    – capacité de synthèse, d’analyse en physique ou chimie atmosphérique et de rédaction