Vous avez dit extrêmes ?

Ces dernières années, les événements extrêmes sont devenus de plus en plus présent dans notre vie quotidienne du fait de leur fréquence ou leur intensité.

Le numéro 1 de Mozaïka « Vous avez dit extrêmes ? » se place en orbite autour de ces phénomènes pour se saisir des questions qui animent les scientifiques, recenser les énigmes qu’il leur reste encore à résoudre et présenter les outils qu'ils utilisent pour en déchiffrer les subtilités.

Gilles Ramstein, voyageur du temps


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Avant de parler du futur et des évolutions du climat actuel, Gilles Ramstein, voyageur du temps à travers ses recherches au LSCE-IPSL en paléoclimatologie, emmène les auditeurs de 7Extrême à la rencontre de l’histoire de la Terre. Alors, sur les 4 milliards et quelques d’années de l’histoire de notre planète, existe-t-il une période similaire à ce qu’elle vit aujourd’hui ? Pourquoi les climats passés nous aident à comprendre les évolutions actuelles et à venir ?

L’éventail des climats possibles


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Les événements extrêmes sont, par définition, de nature météorologiques, localisés et ponctuels. Pourtant, les climatologues s’approprient ces données individuelles pour en tirer des conclusions sur l’état du climat présent et les possibilités du climat futur.

 

 

Frédérique Cheruy, chasseuse d’erreurs dans les modèles


 © RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

D’où viennent les différences entre les modèles de climat ? Certains sont-ils plus proche de la réalité que d’autres ? Si oui, lesquels, et comment fait-on pour le savoir ? Frédérique Cheruy répond à ces questions sur le réalisme des modèles et discute des manières de les évaluer, notamment en ce qui concerne les évènements extrêmes.

 

 

Caroline Muller, observatrice de cyclones


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Comment se forment les cyclones, tempêtes et ouragans ? Pourquoi sont-ils impactés par une atmosphère plus chaude ? Comment vont-ils évoluer dans les années futures ? Tant de sujets qu’aborde Caroline Muller en soulevant une question particulière : « Au final, à quoi servent les cyclones dans le système climatique ? ».

 

 

Les extrêmes du statisticien


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Les statistiques sont au cœur des études du climat. Partant de données apparemment chaotiques, il devient possible de mettre en évidence des changements profonds dans le système climatique et de comprendre les causes de ces évolutions. Comment les événements extrêmes, improbables par définition, sont-ils considérés par les statisticiens ?

 

 

Se nourrir dans un monde plus chaud


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Sécheresses, incendies, inondations : depuis plusieurs années, elles sont la cause de pertes importantes pour les agriculteurs et posent la question de la résilience de nos systèmes alimentaires. Mais quels sont les risques concrets qui pèsent sur l’agriculture de demain, dont certains se font déjà ressentir ?

 

 

La Méditerranée : mer sous haute surveillance


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Le bassin Méditerranéen a toujours connu des épisodes extrêmes : entre manque d’eau et précipitations violentes, comment le changement climatique risque-t-il de faire évoluer ce territoire déjà en proie à de nombreuses contraintes ?

 

 

 

Aglaé Jézéquel, spécialiste de l’attribution


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Comment étudier au cas par cas comment les événements extrêmes sont impactés par le changement climatique ? Comment les chercheurs s'y intéressent-ils ? Et pourquoi ? Entre probabilités et perturbations du système climatique, plusieurs méthodes existent pour étudier la science de l'attribution : c'est ce que nous découvrons aujourd'hui avec Aglaé Jezequel, chercheuse au LMD.

 

Robert Vautard, éclaireur d’impacts


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Comment les chercheurs étudient-ils le lien entre ces épisodes de gel et les changements climatiques liés aux activités humaines ? Par quels moyens les scientifiques évaluent-ils les impacts et comment cela peut nourrir les réflexions pour les stratégies d’adaptation ? Autant de questions qu’aborde Robert Vautard dans cet épisode en présentant aussi un nouveau projet liant les méthodes d’intelligence artificielle pour mieux comprendre et prédire les impacts des événements extrêmes, le projet Xaida.

 

Mission IASI : Orbiter pour mieux veiller


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Nombre d’outils permettent aux climatologues de sonder précisément les moindres variations du système climatique. Au Laboratoire Atmosphères et Observations Spatiales (LATMOS), les équipes sont aux premières loges des événements extrêmes grâce aux détections de IASI, instrument qui compte parmi les plus performants à disposition des scientifiques.

 

Les modèles, machines à voyager dans l’espace-temps


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

Dans l’histoire de l’étude des événements extrêmes comme dans celle du climat, un outil s’est rapidement révélé indispensable. Capables de synthétiser une réplique virtuelle de notre planète, les modèles permettent aux chercheurs d’observer le comportement de ses différents composants en se passant (presque) d’instruments de mesure.

 
 

Serge Planton, à votre service (climatique)


© RIVA Illustrations pour l’IPSL, 2021

L’ensemble des données obtenues par la recherche en science du climat est destiné à être utile, utilisé par les acteurs locaux, les décideurs, pour éclairer leurs choix, comprendre les évolutions du climat, se préparer aux impacts et adapter leurs territoires. Cela s’inscrit dans ce qu’on appelle les services climatiques, la mise à disposition des données à ceux qui en ont besoin. Mais il ne s’agit pas simplement de proposer ces données brutes, il faut aussi les rendre accessibles et compréhensibles pour que tout un chacun puisse les prendre en main.