Accueil > Actualités > Séminaires > Séminaire de Yona Silvy au LOCEAN

Séminaire

Titre : Détection de l'influence de l'homme dans l'océan à partir de l'analyse de simulations climatiques
 en coordonnées densité
Nom du conférencier : Yona Silvy
Son affiliation : LOCEAN
Laboratoire organisateur : LOCEAN
Date et heure : 17-03-2017 11h00
Lieu : Campus de Jussieu, salle de réunion LOCEAN, tour 45/55, 4eme étage
Résumé :

Le réchauffement du climat a un impact majeur sur l’océan, qui stocke 93% de la chaleur liée aux gaz à effet de serre additionnels due aux activités humaines. Détecter ce signal dans l’océan est un défi pour deux raisons : tout d’abord il y a peu d’observations, en particulier en profondeur et depuis le début de l’ère industrielle (1850), et ensuite la variabilité naturelle de l’océan peut masquer ce signal anthropique. Dans cette étude, nous nous intéressons aux changements de température et de salinité à des échelles pluri-décennales en utilisant un ensemble de simulations climatiques globales des modèles CMIP5 ainsi qu’une analyse observationnelle. L’étude est menée en densité, coordonnée naturelle de l’océan qui permet, d’une part, de séparer les effets diabatiques, liés aux flux air-mer, des mouvements verticaux des isopycnes liés aux changements de circulation, et, d’autre part, de moyenner les bassins (zonalement) et les modèles de façon plus physique qu’avec la coordonnée pression classiquement utilisée.
Les différentes simulations nous permettent d’évaluer la réponse forcée ainsi que la variabilité naturelle de l’océan intérieur, et ainsi d’estimer quand le signal émerge du « bruit » de la variabilité naturelle du climat. Ce temps d’émergence (ToE) du signal lié au forçage externe en CO2 est d’abord analysé dans des simulations idéalisées 1% CO2. Cette première analyse permet d’identifier l’empreinte théorique du forçage en CO2 («fingerprint ») et montre des ToE de 60 à 110 ans suivant les régions de l’océan. En analysant cette empreinte dans les simulations historiques (1860-2005), on trouve un ToE plus long (120-145 ans suivant les régions) du fait de la présence d’autres forçages externes (naturels ou anthropiques).

Contact :

Eric.Guilyardi@locean-ipsl.upmc.fr