Accueil > Actualités > Actualités scientifiques > L’expérience PSS bientôt de retour sur Terre !

L’expérience PSS bientôt de retour sur Terre !

08-02-2016

La plateforme EXPOSE a séjourné pour la troisième fois à l'extérieur de la Station Spatiale Internationale entre le 18 août 2014 et le 3 février dernier. Comme à chacune de ses utilisations elle comportait une expérience d'astrochimie coordonnée par le laboratoire LISA, avec le soutien du CNES. Cette expérience, appelée pour cette campagne PSS (Photochemistry on the Space Station), est un dispositif dédié à la conduite d'expériences afin de mieux appréhender la nature et l'évolution de la matière organique présente dans les environnements extraterrestres et leurs potentielles implications exobiologiques.

EXPOSE est un équipement dédié à l'exobiologie, développé par l'ESA pour des vols à moyen et long terme et installé à l'extérieur de la Station Spatiale Internationale (ISS). Il est conçu pour permettre plusieurs expériences simultanées consistant en l'exposition d'échantillons chimiques et biologiques, tout en enregistrant la température et la durée effective d'exposition.


De nombreux programmes expérimentaux au sol sont consacrés à l'étude de la photochimie de molécules en phase solide tout comme en phase gazeuse. Néanmoins, la validité de tels travaux et leur extrapolation aux environnements extraterrestres peuvent être mis en cause tant qu'ils n'ont pas été confrontés à des expériences similaires menées dans l'espace, avec exposition au spectre solaire étendu, tout particulièrement dans le domaine des courtes longueurs d'onde. L'expérience PSS rassemble une trentaine de chercheurs répartis dans une dizaine de laboratoire en France, Italie, Pays-Bas, Allemagne et Etats-Unis. 150 échantillons couvrant un ensemble de thématiques scientifiques ont été exposés aux conditions spatiales pendant 18 mois.  Ils concernent l'étude de molécules d'intérêt soit cométaire (dans le cadre de l'interprétation des résultats de la mission ROSETTA et l'étude des météorites) soit concernant la chimie de Titan (mission CASSINI-HUYGENS), soit encore la chimie organique dans l'environnement Martien (rover Curiosity et mission EXOMARS), ou plus largement la chimie du milieu interstellaire.  Des biopuces, de minuscules détecteurs chimiques, sont aussi exposées afin de préparer de futurs instruments pour la détection de matière organique dans le système solaire.


En cette fin de la période d’exposition, les échantillons seront rapportés sur Terre le 2 mars prochain, et leur contenu analysé par différentes techniques: IRTF, UV, Raman, CPG-SM,… Les résultats seront comparés avec ceux d’expériences de photolyse effectuées en laboratoire. 

 


Laboratoires partenaires

LISALATMOS

CMB (Centre de Biophysique Moléculaire - CNRS, Orléans)
INAF-OACT (Istituto Nazionale di Astrofisica - Osservatorio Astrofisico di Catania)
IBMM (Institut des Biomolécules Max Mousseron  - Univ Montpellier)
LIC (Leiden institute of chemistry)
LAB (Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux)
LM2E (Laboratoire de Microbiologie des Environnements - Univ Brest)
CENBG (Centre Etudes Nucléaires de Bordeaux Gradignan)

Nasa AMES Astrophys. & Astrochem. Lab.

SETI Institute, DLR






Pour en savoir plus :

http://www.lisa.univ-paris12.fr/fr/projets/20-projets/180-phileo


Contact chercheur :

Hervé Cottin , LISA, Tél : 01 45 17 15 63

Retour à la liste actualités scientifiques