Accueil > Actualités > Séminaires > Séminaire de Jérôme SERVONNAT

Séminaire

Titre : Climatic variability in the North Atlantic during the last millennium: evaluation of the influence of solar forcing with the IPSLCM4 model
Nom du conférencier : Jérôme SERVONNAT
Son affiliation : LOCEAN
Laboratoire organisateur : LOCEAN
Date et heure : 17-05-2011 12h15
Lieu : LOCEAN, UPMC, Tour 45-55, 4ème étage, salle de séminaires
Résumé :


La variabilité de l’irradiance solaire totale ou TSI est une des principales causes potentielles de la variabilité séculaire du climat entre 1000 et 1850 AD du fait de son évolution décennale à centennale. Son implication est en revanche discutée, à cause des incertitudes importantes sur l’amplitude de sa variabilité.

Au cours de ce séminaire, je vous montrerai les résultats de l’évaluation de l’influence du forçage solaire sur la variabilité des températures de surface du dernier millénaire à l’aide du modèle couplé IPSLCM4_v2. Deux simulations numériques du climat du dernier millénaire ont été réalisées avec ce modèle, une simulation de contrôle (CTRL) et une simulation forcée (SGI) avec des reconstructions de l’irradiance solaire totale, de la concentration en CO2 et des paramètres orbitaux sur le dernier millénaire.

L’influence du forçage solaire sur l’évolution des températures est analysée à l’aide d’outils statistiques en fonction de l’échelle spatiale, du Globe au point de grille. La simulation est ensuite comparée à des reconstructions de températures à l’échelle de l’Hémisphère Nord, puis de l’Europe, pour discuter de l’implication possible du forçage solaire sur l’évolution des températures entre 1000 et 1850 AD. Ces comparaisons s’appuient sur des analyses statistiques de la signature linéaire de la TSI sur les températures.

Les résultats obtenus au cours de cette étude confirment que le forçage solaire tel qu’il a été pris en compte dans le présent protocole simule une amplitude de la variabilité des températures réaliste. Cependant, ce forçage ne permet pas d’expliquer tous les aspects temporels de la variabilité séculaire des températures entre 1000 et 1850 AD et en particulier au cours de l’Optimum Médiéval, que ce soit à l’échelle de l’Hémisphère Nord ou sur l’Europe.