Accueil > Pour tous > Les articles de presse

Les articles de presse

« Prof en Fac » : quand Sorbonne Université accueille des professeurs de lycée…

Prof en fac, édition 2017.

L'IPSL et le Labex L-IPSL sont partenaires de la deuxième édition de « Prof en Fac » qui propose une formation sur 2,5 jours à 48 professeurs de Physique-Chimie et des Sciences de la vie et de la Terre du 16 au 18 avril 2018. Depuis deux ans maintenant Sorbonne Université organise une rencontre, « Prof en Fac », entre les professeurs de lycées (spécialités chimie-physique et science de la vie et de la terre) et les enseignants de la faculté des Sciences et Ingénierie. Prof en Fac propose deux parcours, selon les disciplines, à la découverte de « l’université 2.0 ».

Rapports du GIEC : opération décryptage

Les rapports du GIEC, un véritable concentré d’informations sur le changement climatique. University of Exeter/flickr, CC BY

Un article paru sur le site du Monde relayait en octobre 2015 une étude réalisée par équipe de chercheurs européens, parue dans la revue scientifique Nature Climate Change. L’étude interpellait les climatologues sur le manque de lisibilité des rapports du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). Les résumés pour décideurs étaient tout particulièrement visés : synthèses jugées de plus en plus « opaques », nécessité d’avoir « l’équivalent d’un doctorat en science du climat pour commencer à saisir pleinement le sens des rapports », possibilité « d’interpréter différemment des résultats scientifiques » et donc de prêter le flanc au climatoscepticisme. Alors même que ces résumés se voulaient initialement lisibles et compréhensibles par nos politiques et la société civile – dont le niveau moyen en science correspond à peu près à la fin du collège –, comment en est-on arrivé à ces critiques et sont-elles vraiment fondées ?

Changement climatique : quel est le rôle des éruptions volcaniques ?

Comprendre les changements climatiques observés depuis une trentaine d’années implique de pouvoir distinguer les modifications liées aux activités humaines de celles associées aux variations naturelles du climat. La météorologie régionale peut être en effet perturbée significativement, de quelques semaines à quelques mois, par les fluctuations océaniques ou de manière importante, et sur une plus longue durée, par certains volcans...

Ciel jaune et soleil rouge : l’ouragan Ophélia décrypté

L’ouragan Ophélia qui a frappé les îles britanniques à la mi-octobre 2017 a transporté dans son sillage une série de phénomènes inhabituels, qui ont affecté la qualité de l’air dans plusieurs pays d’Europe. Le lundi 16 octobre, les habitants du sud de l’Angleterre et de la Bretagne ont passé la journée sous un ciel couleur sépia-orangé ; les nombreuses photos qui ont circulé sur les réseaux sociaux ont montré une ambiance digne de celle du film de science-fiction Interstellar, dans lequel la mauvaise gestion des terres cultivables rend l’atmosphère pleine de poussières. Plusieurs compagnies aériennes ont rapporté que leurs vols ont été déroutés ou qu’elles ont dû faire atterrir leurs avions après avoir senti une étrange odeur de brûlé envahir le cockpit.

Lutter contre les changements climatiques : pourquoi est-ce si compliqué ?

Le 6 novembre 2017, dans le parc Rheinaue de Bonn, ville hôte de la COP23. Patrik Stollarz/AFP

Les preuves des changements climatiques ne se comptent plus et l’actualité ne cesse de nous rappeler leurs effets manifestes : vagues de chaleur plus fréquentes, précipitations extrêmes plus intenses, montée du niveau de la mer, fonte des glaces… Le réchauffement a déjà atteint 1 °C en moyenne pour la planète depuis la fin du XIXe siècle ; des centaines de millions de personnes en subissent chaque jour les conséquences.

A absorber trop de CO2, l'océan se corrode

L’émission de dioxyde de carbone liée aux activités humaines rend l’océan plus chaud et plus acide. Le danger ? Entre autres la submersion des côtes, la salinisation de l’eau douce et la désertification des mers.

Les tribulations de Curiosity sur la planète Mars, à la recherche de la vie

Curiosity, le plus imposant de tous les rovers déposés jusqu’à ce jour, explore depuis 2012 un cratère martien. Il transporte une charge utile de 10 instruments provenant de coopérations internationales (les Français ont très fortement contribué à deux d’entre eux, ChemCam et SAM). Les scientifiques ont deux enjeux principaux : mieux comprendre la planète Mars et répondre à la question : la vie aurait-elle eu les moyens de s’y développer ?

30 ans du Protocole de Montréal : retour sur le sauvetage de la couche d’ozone

Concentration d’ozone (en unités Dobson) mesurées mi-septembre depuis 10 ans par le sondeur infrarouge IASI à bord du satellite Metop. L’amplitude et la répartition géographique du trou (en bleu) varie en fonction des conditions météorologiques. Anne Boynard/LATMOS, CC BY-NC-ND

Comme tous les ans vers la fin du mois de septembre, le trou d’ozone est revenu. C’est à cette époque en effet que toutes les conditions sont réunies pour qu’il se reforme au-dessus de l’Antarctique. Durant trois mois (septembre-novembre) les concentrations d’ozone descendent sous les 220 unités Dobson...

Climat et médias : l’enjeu de la formation des journalistes

L’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et l’École supérieure de journalisme de Lille ont développé un projet de master 2ᵉ année à distance sur les liens entre climat et médias ; les cours dispensés dans le cadre de ce SPOC (small private online course) ont démarré le 3 octobre 2017. Son objectif principal est de fournir aux journalistes et aux communicants les clefs pour comprendre l’information climatique et mieux l’intégrer dans leur traitement de l’information.

Prévoir les changements climatiques à 10 ans, le nouveau défi des climatologues

Un an après l’Accord de Paris, l’objectif est plus que jamais de mettre en œuvre la réduction drastique et rapide des émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement du climat. L’urgence de l’action, enfin reconnue par tous les pays, vient de ce qu’au rythme actuel (plus de 45 milliards de tonnes de CO2 par an), les émissions cumulées engendreraient un réchauffement de 2 °C dans 20 ans seulement.