Accueil > Actualités > Actualités scientifiques

Actualités scientifiques

Grâce à une méthode de datation récente, une équipe de chercheurs vient d’expliquer 10 000 ans de fonte glaciaire dans les Andes. Ils ont montré que, du fait d’une hausse des températures atmosphériques de 3°C, le glacier bolivien Telata s’est retiré de 3 km durant ce laps de temps appelé Holocène. D’après les résultats d’une modélisation des climats du passé, c’est le réchauffement de l’océan Pacifique tropical, lui-même dû à une augmentation de l’insolation sous les tropiques, qui serait responsable de ce recul. Cette étude indique également un fort recul des glaciers tropicaux depuis le début de l’ère industrielle et souligne combien ces masses de glace sont vulnérables.

Du 8 au 23 septembre, le LISA est impliqué dans une campagne de tests de l'effet dépolluant de ciments dits "photocatalytiques" dans le tunnel Léopold II à Bruxelles. Le LISA est plus particulièrement responsable la stratégie de terrain de cette campagne.

Une équipe internationale d'astronomes annonce aujourd'hui la découverte de 50 nouvelles exoplanètes en orbite autour de proches étoiles. Cette riche moisson, livrée grâce à l'instrument HARPS, le très performant « chasseur » d'exoplanètes de l'ESO installé au Chili, inclut 16 super-Terres, c'est-à-dire des planètes de masse comprise entre une et dix fois celle de notre planète. L'une de ces super-Terres se situe à l'intérieur de la zone habitable de son étoile : elle pourrait donc être propice à l'apparition de la vie et à son évolution. De plus, les chercheurs ont établi que plus de 40 % des étoiles similaires au Soleil possèdent au moins une planète plus légère que Saturne.

Le phytoplancton calcaire, maillon important du cycle du carbone océanique, apparait très sensible à l'acidification océanique. Une étude internationale, à laquelle le LOCEAN a participé, montre que la sécrétion du squelette calcaire d'une espèce de microalgues, les coccolithophores, diminue quand les eaux marines deviennent plus acides, mais certaines souches hyper-calcifiées se sont adaptées aux milieux les plus corrosifs.

Malgré l’absence d’éruption volcanique majeure durant ces dix dernières années, l’augmentation de la quantité d’aérosols dans la stratosphère a contribué de manière significative à masquer en partie l’effet du réchauffement climatique dû aux émissions humaines de gaz à effet de serre. C’est ce qu’a révélé une étude franco-américaine publiée en ligne dans Science Express du 21 juillet 2011. Ces résultats montrent clairement que la prise en compte de la quantité moyenne d’aérosols stratosphériques s’avère importante pour la simulation du climat à l’échelle décennale.

Une étude internationale a compilé l'ensemble des mesures réalisées sur toute la planète des quantités de carbone absorbées par les forêts, entre 1990 et 2007. Il s'agit d'une première référence globale chiffrée pour cette composante majeure du cycle du carbone. Cette étude, à laquelle des chercheurs LSCE ont participé, a été publiée en ligne le 14 juillet sur le site internet Science Express.

Dans le cadre du programme FENNEC, une campagne de mesure impliquant plusieurs avions de recherche vient de s’achever. Les opérations, conduites depuis l’Ile de Fuerteventura (Canaries) et regroupant plusieurs équipes françaises, anglaises, allemandes et canadiennes ont été étroitement associées aux prévisions des modélisateurs. Les bonnes conditions météorologiques et l’apport des prévisions ont fait de cette campagne une belle réussite, et la moisson de données de haute qualité devrait permettre d’analyser l’ensemble des processus visés.

Après trois ans et demi de recherche, le projet de l'Union Européenne sur les évènements extrêmes intitulé "Extreme events: causes and consequences" vient de livrer ses conclusions. Parmi les nombreux travaux réalisés, des méthodologies novatrices d'analyse des événements extrêmes ont été développées. Les impacts à long terme de tels évènements sur l'économie ont également été étudiés : ils s'avèrent étonnamment plus importants si l'événement extrême se produit durant une période d'expansion économique que durant une période de récession.

Les causes de la fonte des glaciers tropicaux sur les 10 000 dernières années sont enfin dévoilées par une équipe de chercheurs français du CNRS, du CEA, de l'IRD, de l'Université Joseph Fourrier et un chercheur américain de l'Université d'Albany. Ils ont montré que le recul du glacier bolivien Telata sur cette période est avant tout lié à une hausse de température atmosphérique de 3°C et au réchauffement du pacifique tropical en réponse à une augmentation de l'insolation.

Grâce aux données recueillies lors de la campagne Pic 2005, des chercheurs ont pu quantifier précisément l'impact des mouvements ascendants diurnes des masses d'air le long des pentes sur les mesures de concentrations d'ozone réalisées à l'Observatoire du pic du Midi. Ils ont ainsi pu montrer que les concentrations au sommet du pic (2875 mètres d'altitude) sont corrélées à celles des couches d'air situées entre 1000 et 2000 mètres d'altitude.