Accueil > Actualités > Actualités scientifiques

Actualités scientifiques

Une étude internationale à laquelle ont participé des chercheurs du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE-IPSL) vient de prouver que le déclin de l’éléphant de forêt a un rapport direct avec la réduction des stocks de carbone dans la biomasse. L’article relatif à cette étude vient de paraître dans Nature Géosciences.

Une équipe de climatologues européens a analyséla vague de chaleur survenue en Europe de l’ouest la semaine dernière à l’aune des modèles d’évolution du climat. Leurs résultats mettent en évidence le lien entre la contribution anthropique au réchauffement climatique et l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des canicules.

Huit chercheuses du Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement ont intégré l'Association des Scientifiques au service de la restauration de Notre-Dame de Paris.

Dernière semaine de juin 2019. Une vague de chaleur d’intensité historique se répand sur la métropole. En milieu de semaine, les températures ont dépassé les 40°C, comme à Clermont-Ferrand ce mercredi 26 juin, un record pour la ville à cette période de l’année. Des valeurs inhabituelles sont observées en altitude dans les Alpes…

Comment faire des prévisions météorologiques de qualité ? Des chercheurs de laboratoires français ont démontré qu’en utilisant des techniques d’intelligence artificielle, en l’occurrence des réseaux de neurones, et des observations du satellite SMOS (ESA, CNES), il est possible de générer des données d’humidité du sol avec des propriétés optimales pour être assimilées et ainsi contribuer à l’amélioration des prévisions météorologiques à courte ou moyenne échéance.

La dernière version de la base internationale de données SOCAT (Surface Ocean CO2 atlas) a été rendue publique le 18 Juin 2019. Cette base, qui rassemble maintenant 27 millions d’observations du dioxyde de carbone dans les eaux de surface de l’océan mondial, est le fruit d’une collaboration internationale initiée en 2007 et à laquelle le LOCEAN participe.

17 % de la biomasse mondiale d’animaux marins pourrait disparaître d’ici 2100, si les émissions de CO2 se poursuivaient au rythme actuel. C’est ce que révèle la première évaluation globale des effets du changement climatique sur les écosystèmes marins, qui a mobilisé des chercheurs de l’IRD et du CNRS. Ces résultats, qui alertent sur les conséquences en matière de sécurité alimentaire et de préservation de la biodiversité, ont été publiés dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) le 11 juin.

Une équipe internationale révèle pour la première fois la présence d’efflorescences phytoplanctoniques directement stimulées par les apports en fer dissous de sources hydrothermales profondes dans l’océan Austral. Ces observations démontrent que l’activité des sources hydrothermales profondes peut influencer les cycles biogéochimiques de surface de l’océan Austral, et en particulier stimuler la pompe biologique de carbone.

Les données de l’instrument Atmospheric Chemistry Suite (ACS), dans lequel les laboratoires français sont fortement impliqués, forment la base des résultats présentés dans deux articles publiés dans Nature le 10 avril 2019 : l’un d’entre eux conclut à la non-détection de méthane martien et le second étudie l’effet d’une tempête globale sur la vapeur d’eau martienne.

Une collaboration internationale impliquant le LSCE-IPSL montre que l'analyse des couleurs des sédiments de rivière permet d'évaluer l'impact de la décontamination des sols dans la région de Fukushima sur la contamination résiduelle charriée par les cours d'eau.