Accueil > Actualités > A découvrir > Carnet de campagne STRATEOLE-2

Carnet de campagne STRATEOLE-2

STRATEOLE-2 est un projet franco-américain initié par le Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD-IPSL), dédié à l’étude de la tropopause tropicale. Les lâchers des 6 ballons de la première campagne du projet Stratéole-2 se déroulent sur l’aéroport international des Seychelles entre mi-octobre et mi-décembre 2019. Suivez nos collègues et le déroulement de la campagne au jour le jour sur ce carnet de campagne.



Lundi 14 octobre

Mardi 15 octobre

Lundi 21 octobre

Vendredi 25 octobre 2019

Mardi 5 novembre 2019

Mardi 12 novembre 2019

 







Lundi 14 octobre

L'équipe du CNES est arrivée la première aux Seychelles le 11 octobre. Depuis, le camp s'installe doucement : l'emplacement de nos deux chapiteaux a été redéfini (suite à des travaux d’aménagement de l'aéroport), le chariot élévateur télescopique a été installé.


 

Le chariot élévateur fonctionne bien !

Métrage pour le chapiteau des ballons



Mardi 15 octobre

Sous un ciel ensoleillé et avec un vent faible, les équipes CNES et laboratoires scientifiques effectuent le montage du chapiteau des équipes de préparation des ensembles suspendus.

 


Lundi 21 octobre

L’équipe de campagne Stratéole-2 s’est significativement renforcée ce week-end sur le site de lâcher aux Seychelles. Cinq personnes de l’équipe scientifique travaillent désormais sur place, deux autres les rejoindront cette semaine. Nous rentrons donc dans la phase active de la campagne, que nous attendions tous impatiemment depuis si longtemps. Cela fait en effet déjà cinq ans que nous avons commencé la collaboration entre le LMD, le LATMOS, l’IPSL et la DT-INSU pour réaliser la nacelle Zéphyr qui embarquera les instruments scientifiques développés dans la dizaine de laboratoires partenaires du projet, en France et aux Etats-Unis.


Le chapiteau de préparation des chaînes de vol, dans lequel nous allons travailler pendant toute la campagne, a été érigé la semaine dernière par nos collègues du CNES, à quelques pas de la piste d’atterrissage de l’aéroport international de Mahé. C’est en effet sur le site même de l’aéroport que nous réaliserons nos lâchers de ballons, prévus pour début novembre. La construction d’un autre chapiteau, destiné à la préparation des ballons, a été retardé la semaine dernière à cause des intempéries qui ont causé des dégâts importants aux Seychelles (glissements de terrain, inondations, routes dégradés). Ces fortes précipitations sont associées à la phase positive de l’IOD (Indian Ocean Dipole), une oscillation de la température de surface de la mer à l’échelle de l’Océan Indien. En ce moment, les eaux de surface sont plus chaudes à l’ouest de l’Océan, favorisant le développement de systèmes convectifs profonds dans la région Seychelloise. La météo de la semaine à venir risque encore d’être assez humide, mais nous espérons pouvoir terminer rapidement ces premiers préparatifs, afin de procéder aux premiers tests de nos nacelles.



Vendredi 25 octobre 2019

La préparation du premier vol ballon a débuté depuis quelques jours sur le terrain. Côté laboratoires scientifiques, nous sommes impliqués à la fois dans la réalisation d’instruments et dans la fabrication de la nacelle « charge utile » Zéphyr qui embarque ces instruments pendant les vols longue durée. Le CNES, quant à lui, développe les ballons ainsi que la nacelle « de servitude » Euros, qui permet d’assurer la sécurité des vols.


Le premier vol est un vol d’ouverture, dont l’objectif est de nous permettre de tester en grandeur nature l’ensemble des systèmes (ballon et nacelles) développés pour Stratéole-2 au cours des dernières années. Nous n’embarquerons pas de vrais instruments, mais la nacelle Zéphyr sera équipée d’instruments leurres, afin de simuler autant que possible un vol réel.


Parmi les différentes activités, nous préparons la structure légère qui va accueillir les panneaux de cellules solaires de la nacelle Zéphyr. Ces panneaux rechargent des batteries situées à l’intérieur de la nacelle tous les jours et nous permettent d’effectuer des vols de très longue durée. Le dimensionnement au plus juste de ce système de fourniture d’énergie a constitué l’un des défis de la conception de la nacelle Zéphyr, et nous avons hâte de le tester en vol.


Assemblage de la structure de panneaux solaires de la nacelle Zéphyr.


Nous installons également le « Centre de Contrôle Mission » aux Seychelles. Lorsque les ballons auront été lâchés, c’est via cette interface que nous continuerons à communiquer avec nos nacelles et pourrons suivre leur fonctionnement.


Le Centre de Contrôle Mission aux Seychelles. Concentration maximum !


Enfin, le site web du projet vient d’être mis à jour : c’est le lieu pour en apprendre un peu plus sur Stratéole-2.



Mardi 5 novembre 2019

Le test d’aptitude au vol de la première nacelle Zéphyr s’est déroulé sans problème la semaine dernière. La nacelle est donc désormais considérée comme apte au vol et est stockée dans un local climatisé en compagnie du reste de la chaîne de vol, sans que nous ayons la possibilité d’y effectuer la moindre modification. Telles sont les contraintes du spatial !


Le début de campagne se déroulait ainsi sans problème, jusqu’à ce que nous apprenions que la station de radiosondage de la météo seychelloise était tombée en panne. Or, avant de pouvoir lancer un ballon longue durée, nous avons besoin de connaître le profil de vent au-dessus des Seychelles fourni par le radiosondage. En effet, une étape critique du vol longue durée est la pressurisation du ballon lorsque celui-ci arrive à son altitude de croisière (vers 20 km d’altitude). Une fabrication défectueuse du ballon peut entraîner son explosion à la pressurisation… Nous souhaitons donc éviter que cette étape se produise au-dessus d’îles habitées, afin de limiter les risques pour les populations en cas de fin de vol anticipée. La mesure du profil de vent nous permet de simuler l’ascension du ballon jusqu’à son altitude de pressurisation et, ainsi, de nous assurer que celle-ci se produit sur l’océan. Sans radiosondage, nous ne pouvons simplement pas lancer notre ballon…


Branle-bas de combat donc en fin de semaine dernière. Il nous faut trouver en urgence une solution pour remplacer la station de radiosondage Seychelloise, le dépannage de celle-ci étant impossible avant une longue semaine. Grâce au SIRTA ( https://sirta.ipsl.fr ), et à son directeur Martial Haeffelin, nous pouvons contacter la société Météomodem qui accepte de nous louer une station de radiosondage. Alors que Karim et Marc-Antoine vont chercher la station jeudi après-midi à Fontainebleau, le CNES effectue les démarches de douane nécessaires pour importer le matériel aux Seychelles, et nous mettons tout en œuvre pour obtenir un ordre mission en quelques heures (dont l’accord du fonctionnaire sécurité-défense du CNRS, merci Gaëlle!) Samedi, Marc-Antoine peut prendre l’avion pour les Seychelles ! Accueilli par une haie d’honneur à son arrivée dimanche matin, il pouvait effectuer un premier radiosondage dès lundi soir. La campagne repart, notre premier vol ne devrait plus tarder !


Arrivée triomphale de Marc-Antoine aux Seychelles


Le premier radiosondage avec la station Météomodem


Mardi 12 novembre 2019

Les campagnes ballon se ressemblent souvent, alternant stress, excitation, frustration, et joie enfin quand un lâcher est réussi et que les instruments que nous avons passé des mois à fabriquer et à tester dans nos laboratoires fonctionnent, là-haut et si loin de nous, dans la stratosphère.


La première campagne Stratéole-2 n’échappe pas à cette règle !


Le stress tout d’abord : ce sont les conditions météorologiques dans l’ouest de l’Océan Indien qui se sont chargées de nous le fournir. Les eaux de surface de cette partie de l’océan sont en ce moment anormalement chaudes, favorisant les phénomènes de convection profonde au-dessus des Seychelles. Comme, de plus, nous lançons nos ballons de l’aéroport international, il faut que les créneaux météorologiques favorables coïncident avec les périodes sans activité aérienne… la semaine dernière, nous doutions de pouvoir trouver une solution.


L’excitation ensuite, quand apparaît un alignement des critères nous permettant d’envisager un vol. Il nous faut alors réviser nos différents rôles : une équipe sur le terrain au plus près de la nacelle et des opérations sur le ballon, une autre devant les écrans pour vérifier que les paramètres de fonctionnement sont nominaux. Il nous faut également vérifier une fois de plus la chronologie négative avant le lâcher : les différentes opérations qui doivent se succéder dans un ordre bien précis pour garantir que la nacelle est prête le jour J à effectuer un vol de 3 mois à 20 km d’altitude.


La frustration encore, lorsque après tant d’attentes et d’imprévus, une averse impromptue vient faire avorter les opérations de lâcher quelques dizaines de minutes à peine après qu’elles ont commencé. Le terrain détrempé, l’incertitude météo, la reprise prochaine des vols avion interdit toute possibilité de recommencer la tentative. Nous pouvons toutefois nous réconforter en constatant que le matériel de vol n’a pas souffert grâce à l’avertissement du gardien du site qui, le premier, nous a averti de l’arrivée imminente de la pluie.


La joie enfin, comme quand la nuit dernière, nous réussissons le premier lâcher de la campagne dans une atmosphère presque magique : une journée magnifique, les couleurs éclatantes de la mer et de la végétation Seychelloise, l’animation diurne de Mahé qui soudain se calme à la tombée du soleil, les quelques nuages encore à l’horizon qui se teintent de rouge, la lune presque pleine qui se lève, un aéroport sans avion pour toute la nuit, et seuls les bruits des animaux nocturnes pour nous accompagner jusqu’au matin.


Cliquer sur l'image pour visionner le premier lâcher de ballon de Strateole-2


La nuit nous fût favorable, mais cela ne fût pas sans une certaine dose de stress. Les campagnes ballons, toujours !


Photo de la plage la journée : avant l’effort de la nuit, le réconfort du midi !




 



 

En savoir plus



Texte : Albert Hertzog (LMD-IPSL)

Edition et mise en page : Isabelle Genau (ICoM - Service de communication IPSL) - Octobre 2019